Les Québécois et la Deuxième guerre mondiale

Sous ce titre nous chercherons à réunir tous les textes pertinents

Les Québécois et la Deuxième guerre mondiale

Messagepar admin sur 16 Mai 2008 12:09

De : "lapointe_jean" <lapointejean@...>
Date : VEN 11, NOV 2005 12:56
Objet : Les Québécois et la Deuxième guerre mondiale.

Il n'y a rien d'étonnant dans ces résultats il me semble. C'est que nous ne nous sentions pas tellement concernés par cette guerre.

C'était la guerre des autres.

Lapointe

Tiré du texte présenté à  la page suivante :

http://cf.groups.yahoo.com/group/Pour-l ... sage/17757

Les Québécois parlent moins que les Canadiens de la Deuxième Guerre mondiale

Clairandrée Cauchy

Édition du vendredi 11 novembre 2005

Le Canada figure parmi les pays occidentaux où on discute le plus de la Deuxième Guerre mondiale, du moins dans un certain segment de la population. Le Québec est cependant la province canadienne où le sujet est le moins abordé autour de la table de cuisine.

Selon un sondage mené par la firme Harris pour le compte de l'Association d'études canadiennes (AEC), 22 % des Canadiens discutent fréquemment de la deuxième grande guerre. Cette proportion n'est cependant que de 13 % au Québec.

Le directeur de l'AEC, Jack Jedwab, attribue cet écart au fait que la population québécoise a pu être moins touchée par la guerre de 1939-45, cette dernière étant plus réticente à  participer à  la guerre. «L'expérience historique du Québec à  cette époque fait que c'est un sujet plus sensible.»

En comparaison, seules la Russie et l'Ukraine comptent un contingent plus important de personnes qui discutent «fréquemment» de la Deuxième Guerre mondiale en famille, soit respectivement 27 % et 31%.

Lorsqu'on amalgame les personnes qui en discutent fréquemment et occasionnellement, le Canada revient dans la moyenne des 13 pays occidentaux sondés, soit 63 %, une proportion comparable à  celles observées aux États-Unis (67 %) et en Grande-Bretagne (68 %), mais nettement inférieure à  la Russie (88 %) et à  l'Ukraine (87 %).

Fait à  noter, le sujet est pour ainsi dire tabou en Allemagne, où seulement 38 % de la population affirme discuter de cette guerre occasionnellement ou fréquemment.

Comme on pouvait s'y attendre, les Canadiens plus âgés discutent davantage de cet épisode de l'histoire, dans une proportion des deux tiers pour ceux âgés de plus de 45 ans, comparativement à  55 % pour les 18-29 ans.

Pour Jack Jedwab, qui participait récemment à  un colloque international à  l'occasion du 60e anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le «défi» des prochaines années consistera à  trouver de nouvelles façons de rappeler ces événements et d'en tirer les leçons pour que cela ne se reproduise plus. Les témoins de ce pan de l'histoire se font en effet de plus en plus rares. Ce qui rendra, selon M. Jedwab, d'autant plus important de transmettre cette mémoire par le biais de l'enseignement.

http://www.ledevoir.com/2005/11/11/94853.html

=============

Transmis par:
Robert Bertrand
admin
Site Admin
 
Messages: 239
Inscrit le: 22 Juin 2007 16:19

Retourner vers Sur la 2è Grande Guerre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron